Regardez-moi maintenant : Stefanie Volpe

Stefanie Volpe adore son travail! En tant que coordonnatrice des mentors au Family Education & Support Centre, elle soutient les jeunes bénévoles qui agissent comme mentors dans le cadre du programme parascolaire de l'organisme. Stefanie adore travailler avec les jeunes. Elle aime les voir progresser et grandir dans leur rôle et travaille fort pour les aider à atteindre leurs propres objectifs.

---

Parlez-nous de votre travail.

Je suis coordonnatrice des mentors au Family Education & Support Centre et je supervise un programme visant à recruter des jeunes (de 15 à 24 ans) pour devenir des mentors dans le cadre de notre programme parascolaire (avec des enfants de 5 à 12 ans). Ces jeunes font du bénévolat dans le cadre du programme et acquièrent une expérience précieuse qu'ils peuvent mettre à profit pour atteindre leurs futurs objectifs professionnels ou scolaires. Je supervise, organise et encadre ces jeunes bénévoles pour notre programme.

Qu'est-ce que vous aimez dans votre travail?

J'aime beaucoup de choses dans mon travail! Tout d'abord, mes collègues et mon superviseur sont très ouverts et compréhensifs à l'égard de ma perte de vision. Je ne suis pas définie par ma vision, mais plutôt par ce que j'apporte à l'organisation. Mon employeur est très accommodant et flexible, et fait tout ce qui est nécessaire pour que je puisse accomplir mon travail plus efficacement. J'aime aussi travailler avec les jeunes mentors. J'apprécie de les voir progresser et grandir et de voir comment je peux les aider à atteindre leurs propres objectifs.

Parlez-nous d'un des moments dont vous êtes la plus fière dans l'exercice de vos fonctions. 

On m'a demandé de rédiger une demande de subvention pour un nouveau programme qui serait rattaché à mon programme de mentorat. Ce que j'ai écrit a été approuvé, et j'ai pu planifier et mettre en œuvre un autre programme pour les jeunes appelé Future Leaders, dans le cadre duquel j'ai offert encore plus de possibilités aux jeunes mentors de notre programme parascolaire. Je n'avais jamais rédigé de demande de subvention auparavant et j'étais fière du travail que j'ai pu accomplir.

Vous êtes-vous fixé des objectifs professionnels?

Mon objectif est de continuer à effectuer mon travail du mieux que je peux. J'apprends toujours dans mon rôle et je veux continuer à apprendre et à accroître mes compétences et mes capacités.

Depuis combien de temps vivez-vous avec une perte de vision?

Voilà maintenant 23 ans que je vis avec une perte de vision (cela a commencé dans la vingtaine). Je souffre d'une maladie inflammatoire appelée choroïdopathie interne ponctuée (PIC), qui attaque la choroïde et la rétine de l'œil. En gros, mon œil présente une lésion qui laisse ensuite une cicatrice et entraîne une perte de vision. J'ai perdu la majeure partie de la vision centrale de mon œil droit et une partie de la vision centrale de mon œil gauche, ce qui signifie que j'ai des angles morts. Il est donc plus difficile de faire des choses comme lire, voir les visages ou les détails fins. Je suis considérée comme légalement aveugle, mais il me reste une vision partielle.

Quelle a été votre expérience dans la recherche d'un emploi en tant que Canadienne vivant avec une perte de vision? 

Pour trouver du travail en tant que personne vivant avec une perte de vision, il faut choisir le bon moment pour révéler sa perte de vision. J'ai découvert qu'il était préférable de mettre en valeur mes compétences et mes talents lors d'une entrevue, puis de révéler ma perte de vision. Je voulais que les employeurs potentiels m'évaluent selon mes qualifications, sans se laisser distraire par les idées préconçues qu'ils pouvaient avoir sur la perte de vision en milieu de travail.

Quelles ont été, le cas échéant, les difficultés que vous avez rencontrées pour trouver un emploi?

Un grand défi a été d'essayer de trouver un emploi qui me corresponde. Par exemple, l'emplacement a joué un rôle important dans ma recherche d'emploi - je vis en banlieue et je prends les transports en commun. Un autre défi a été de rencontrer des employeurs potentiels qui avaient peut-être des idées préconçues sur la cécité et d'essayer de trouver la bonne façon d'expliquer comment je pouvais quand même accomplir le travail.

Avez-vous déjà été confronté à des obstacles comportementaux - tels que les stéréotypes, la pitié, l'ignorance ou l'infériorité - lors d'un entretien d'embauche ou sur le lieu de travail? 

Il y a plusieurs années, j'ai postulé un emploi pour lequel j'étais parfaitement qualifiée. Lorsque j'ai parlé de ma vision à mon interlocuteur, il était évident qu'il avait des idées préconçues sur la vie avec un handicap visuel. Même si j'avais toute l'expérience nécessaire, ils s'inquiétaient de la façon dont ma vision serait perçue par mes collègues et de l'incidence qu'elle aurait sur mon rendement.

Comment le programme Ouvrir les portes du travail d'INCA vous a-t-il aidé à trouver un emploi?

Il m'a permis d'avoir accès à un personnel talentueux et compétent pour discuter de situations et demander des conseils sur les techniques d'entrevue lorsque je postulais un emploi. L'équipe du programme Ouvrir les portes du travail d'INCA a été extrêmement utile et a toujours été disponible pour répondre à toutes mes questions.

Y a-t-il quelque chose que vous avez appris dans le cadre du programme Ouvrir les portes du travail d'INCA qui vous a aidé à chercher du travail ou qui vous a aidé dans votre rôle actuel? 

J'ai trouvé le groupe d'entraide très utile. Le fait de savoir qu'il y avait beaucoup d'autres personnes ayant une perte de vision qui cherchaient également du travail ou qui réussissaient dans leur emploi actuel a renforcé ma confiance dans ma propre recherche d'emploi. J'ai également appris de mes pairs d'autres techniques et astuces qui pourraient m'aider dans mon travail.

Si vous pouviez transmettre un message aux employeurs sur la façon de travailler avec des Canadiens ayant une perte de vision, que diriez-vous? 

Penchez-vous d’abord sur les talents et les compétences des candidats. Comprenez que les personnes ayant une perte de vision ont beaucoup à offrir en lieu de travail et peuvent effectuer leur travail aussi bien qu'un employé voyant s'il dispose des bons outils. L'éducation est la clé. Apprendre ce qu'implique la limitation visuelle est le meilleur moyen de comprendre les capacités et les besoins de votre employé.

Quel conseil donneriez-vous aux employés dont un collègue a une perte de vision? 

N'hésitez pas à poser des questions! Renseignez-vous sur sa perte de vision et sur la façon dont il s'adapte à son travail. Encore une fois, l'éducation sur la perte de vision peut aider un collègue à mieux comprendre les capacités de cette personne.

Femme blanche avec une moue en sourire fermé.